Recherche


OAI

Fonds régions

Document : livre
n° inventaire Mpo 4343
Titre La fin du Creusot ou l'art d'accommoder les restes
Responsabilité - Intervenant auteur :Debary, Octave
Commentaire Un des traits fondamentaux de la modernité est la mise en mémoire, la mise en musée, forme particulière du rappel de l'histoire mais aussi de son oubli. A partir d'une enquête ethnographique de terrain, l’auteur raconte comment, après avoir été le temple de l'industrie métallurgique française, Le Creusot est devenu dans les années 1970 le théâtre d'un rassemblement contestataire cherchant à révolutionner l'histoire de la ville grâce à un musée. Le temps d'une génération se sont succédées des formes de muséographies qui ont accompagné le démantèlement d'un système de production paternaliste. La scène muséale érigée dans le château de la Verrerie, ancienne résidence patronale des Schneider, est devenue le lieu de cette histoire. Mais l'impossible mise en mémoire et en musée d'une histoire sans objets à exposer (ceux des Schneider ayant quitté la ville et ceux de l'industrie étant encore en activité) a provoqué l'avènement de l'écomusée comme nouvelle muséologie. Cet écomusée a t-il rejoué l'histoire de la destitution d'un paternalisme culturel dans la mise en scène d'un musée vivant ? Cette muséographie ne serait alors qu'une solution de compensation. Mais n'est ce pas là la fonction de ce type de musée : venir toujours trop tard? La seule réponse que notre société fournit à la reconversion industrielle serait-elle la reconversion culturelle de son histoire par la théâtralisation de son oubli?
Fonds Fonds Communauté de communes du grand autunois Morvan
Editeur Comité des travaux historiques et scientifiques
Date de parution 01/12/02
ISBN/ISSN 2-7355-0547-2
Cote 306 DEB


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId