Recherche


OAI

Fonds régions

Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA 1AV208
Titre Récit de vie d'un habitant de Villeurbanne
Commentaire Albert Maury est né en 1923 à Villeurbanne. Dans cet entretien, il évoque l'histoire de sa famille, qui a migré d'Ardèche à Villeurbanne au XIXe siècle, ainsi que ses souvenirs d'enfance dans le quartier du Tonkin. La seconde partie de l'entretien est surtout consacrée à la période de la seconde guerre mondiale, à sa carrière de professeur de français et à son engagement politique et syndical.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Saillard, Antoine  ; informateur :Maury, Albert
Date enregistrement-création 22 janv. 2018
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs migration rurale- famille- enfance- école primaire- logement
Langue français
Genre du document récit de vie
Lieux cités Charles Hernu (place); Rivière (place du Commandant Henri); Viret (rue); Thiers (avenue); Groupe scolaire du Tonkin; Hippodrome du Grand-Camp
Noms cités Gagnaire, Etienne; Hernu, Charles; Jouhaux, Léon
Sommaire 1AV208_1 [00 :00 :00] Histoire familiale Albert Maury est né en 1923 à Villeurbanne. Il parle de ses parents et du logement familial de la rue Thiers à Villeurbanne. Histoire de sa famille maternelle, originaire de l’Ardèche et venu à Villeurbanne dans le dernier quart du XIXe siècle. [00 :05 :00] La migration à Villeurbanne Histoire de ses grands parents et de la migration à Villeurbanne. Son grand père était garçon de ferme. Il raconte l’événement qui a provoqué le départ de son grand père vers Villeurbanne. [00 :09 :25] La famille de sa mère Il énumère la liste des frères et soeurs de sa mère, leurs parcours, leurs mariages, leurs carrières au début du XXe siècle. [00 :15 :04] Le métier des parents Il parle du métier de ses parents : ouvrière textile et charpentier en fer. Puis ses parents travaillent comme employés municipaux de la ville de Villeurbanne : femme de service dans les écoles maternelles et conducteur de chevaux pour ramasser les ordures, les « équevilles » [00 :17 :05] Les grands-parents Son grand père connaissait bien les chevaux. Première ligne de tramway Les Brotteaux-Cusset était tirée par les chevaux, son grand-père était conducteur de tramway. Souvenir de l’odeur de la pèlerine de son grand-père, imprégnée de l’odeur des chevaux. Sa grand-mère était blanchisseuse à la place de la bascule. Histoire du nom « de la bascule », liée à l’appartenance de Villeurbanne au Dauphiné, et aux taxes sur les céréales. [00 :21 :26] Une enfance à Villeurbanne Son enfance à l’école primaire du Tonkin. Souvenirs de l’itinéraire pour aller à l’école, et des jeux des enfants place Rivière, autour du réverbère à gaz au centre de la place. Souvenir de la pompe à eau, du bureau de tabac et de l’épicerie où ils achetaient de la pâte d’abricot. Commentaires sur les pièces à leur disposition : 1, 2 et 5 centimes. Description de l’école. Garçons et filles séparées. Le jeudi, les enfants allaient au cinéma scolaire. Commentaires sur l’argent de poche et le patronage. [00 :28 :45] La « grande maison » Monsieur Maury souhaite parler de la « grande maison », où il habitait enfant. Description d’un grand bâtiment sur trois étages avec 16 familles, réparties en quatre parties autour d’une cour. [00 :31 :14] 1AV208_2 [00 :00 :00] Les commerces du quartier Monsieur Maury décrit les commerçants de son quartier : un porte-pot, une échoppe / épicerie / bistrot, une mercerie/marchand de journaux. Souvenir de la grande épicerie « Le chinois », qui vendait du sucre et du café. Souvenirs de l’odeur de la torréfaction, une fois par semaine. [00 :04 :05] Les commerces du quartier - suite Poursuit sur les commerçants autour de la place Rivière. Anecdotes à propos des commerçants. Café - jeu de boules, réparateurs de cycles, boulanger [00 :07 :35] Jeux d’enfant Anecdotes sur les jeux de la bande de la « grande maison » : à l’automne, jouaient avec les feuilles mortes de platane, jeux avec la neige. [00 :10 :31] L’hippodrome Certains enfants étaient des lads, s’occupaient des chevaux et aidaient les jockeys Faisaient du patin à roulette jouaient aux billes, planches à roulette. Distractions extraordinaires : ¾ fois dans l’année, le passage des cuirassiers, logés à la part Dieu qui allaient faire leur manoeuvre au Grand Camp. Commentaires sur les courses de chevaux, cinq fois par an à l’hippodrome de la Doua. Les garçons gardaient les voitures des spectateurs et ramassaient les tickets pour miser aux billes. [00 :20 :23] Fait divers Monsieur Maury souhaite parler d’un fait divers, dont il assure la véracité : dans les années 30, le suicide d’un clown blanc Kornfeld sous un train, le long du parc de la tête d’or qui appartenait alors à Lyon et Villeurbanne. La moitié du corps serait tombée du côté lyonnais, et le reste à Villeurbanne. Selon lui, c’est cet événement qui a suscité le transfert de la propriété de l’entièreté du parc à Lyon. [00 :24 :27] La place Rivière Souvenir du marché aux puces de la place Rivière et pendant les mois d’été, du petit théâtre qui s’y installait. [00 :27 :44] La période de la guerre Albert Jean Maury a vécu la guerre dans un autre appartement de Villeurbanne. Il livre une anecdote sur la période de la guerre : en 1942, Jean Louis Barrault et Madeleine Renaud jouaient au Célestin une pièce de Claudel, assez longue. En sortant du théâtre, prend le dernier tram, qui se gare après le couvre feu et se fait embarquer par la police, pour éviter une rafle. Enregistrement coupé. [00 :31 :29] 1AV208_3 [00 :00 :00] Résistance L’enregistrement reprend. Situe sa vie en 1939 : prépare l’école normale. Son père est mobilisé. Parle du pasteur Dupury, de la paroisse du temple à Vieux Lyon, qui oeuvrait pour sauver des juifs pendant la guerre. Participe de manière indirecte, puis à partir de 1943 plus ouvertement à ces travaux de résistance. [00 :04 :24] Souvenirs de guerre En 1943, il est incorporé aux chantiers de jeunesse. Commentaires sur la libération de Lyon à laquelle il a participé parmi les civils combattants qui ont tiré dans le Dôme de l’Hôtel Dieu. « La caractéristique de ma vie, c’est la chance » : il n’a pas été envoyé au front, alors que la moitié de sa classe l’a été. [00 :08 :04] La libération de Villeurbanne Souvenirs de la première libération de Villeurbanne : Monsieur Maury a tenu une barricade à Montplaisir avec son oncle. [00 :09 :28] Les restrictions Souvenirs des restrictions et du rationnement, et de ses vacances dans la Dombes où il était chargé de ramener le maximum de ravitaillement. Il estime sa famille relativement préservée, car ses parents travaillaient et avaient de la famille dans le Bresse. [00 :13 :55] Carrière après la guerre A été libéré en 1944, puis intègre une école normale d’apprentissage. Retrace sa carrière dans l’éducation nationale. A été professeur de français, puis principal du collège après les mouvements de mai 1968. Entretien interrompu. [00 :19 :05] Engagement politique Albert Jean Maury a été nommé à Villeurbanne en raison de sa fonction de conseiller municipal à Villeurbanne. L’entretien aborde son engagement politique : après la guerre, d’abord à Forces Ouvrières, qu’il a contribué à créer à Lyon. Puis, du militantisme syndical au militantisme politique. [00 :22 :20] Mai 68 Brefs commentaires sur mai 1968. « Ça a été une très belle période ». [00 :24 :27] L’évolution de l’éducation nationale Commentaires sur l’évolution de l’éducation nationale : « Ce sont deux mondes totalement différents ». Il porte un regard inquiet sur la situation actuelle et l’avenir de l’éducation nationale et de l’Université. [00 :28 :02] 1AV208_4 [00 :00 :00] Commentaires divers Albert Jean Maury aborde plusieurs sujets : sa vie d’adulte après la guerre, son bonheur familial, les changements de la ville, sur le plan matériel... Il livre plusieurs anecdotes sur les mutations de la ville et des modes de vie des villeurbannais. Commentaires sur les Gratte-Ciel et ses liens avec la communauté ashkénaze de Villeurbanne. [00 :06 :01] Mutations de la population de Villeurbanne À 17 ans, allait faire du vélo au « bois noir », lieu de refuge pour les brigands sous Louis XIII. Il évoque le quartier des Poulettes, sa construction par les travailleurs italiens du textile et sa métamorphose [00 :11 :29] FIN
Fonds Fonds "Quelle mémoire !"
Corpus Vie locale
Nature du document enquête
Département Rhône
Durée 01:42:24
Qualité bon
Documents numériques liés


1AV208_1.mp31AV208_1.mp3 (71 Mo)

1AV208_2.mp31AV208_2.mp3 (72 Mo)

1AV208_3.mp31AV208_3.mp3 (64 Mo)


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId