Recherche


Fonds régions

PrécédentSuivant

L'harmonica, dont l'ancêtre est le "sheng" chinois (-3000 ans av JC), est inventé vers 1820 par l'allemand Friedriech Buschmann (d'abord pour accorder les pianos en notes chromatiques uniquement soufflées) qui le nomme "Aura". La tradition raconte qu'en 1826, Richter, luthier de Bohême, lui ajoute les notes aspirées et l'organisation des notes que l'on connaît aujourd'hui. L'année suivante, Matthias Hohner, horloger de Trossinger, dans la Forêt Noire, tente de le perfectionner. Il ouvre un atelier de fabrication en 1857. 

dessin de l'usine honher

L'instrument qui a déjà commencé à se répandre en Europe continue son expansion très rapidement et à très grande échelle. L'invention en 1896 par Honher du modèle "marine Band" qui sera aux Etats-Unis l'instrument choyé du blues, ne connaît pas de succès dans les campagnes Auvergnates où les joueurs préfèrent les modèles plus gros, plus épais avec un son particulier (accordage à l'octave et trémolo).

Lucien Chaput jouant de l'harmonica

(Lucien Chaput de Charensat à l'harmonica en 1985, cl. J.-J. Le Creurer; source : www.violoneux.fr)

Le choix du type d'instrument a certainement une incidence sur le jeu : on ne fait pas la même chose sur un "echo" trémolo que sur un tout petit "marine band". De fait, s'est développé dans le Massif central (et aussi certainement ailleurs) une façon de jouer adaptée sur ces gros harmonicas et imitant le jeu de l'accordéon.

En voici ici une description plus précise à travers un exemple : La Galinette, jouée par Guy Crumeyrolles

harmonica echo de honher

Il faut imaginer la bouche partagée en deux moitié, l'une s'occupant de la mélodie en glissant sur les cases aigues, l'autre où la langue frappe en rythme le peigne de l'instrument sur les cases graves pour imiter un accompagnement. L'ouverture de la bouche est donc très large et s'effectue sur plusieurs cases (cette technique porte le doux nom anglophone de "tongue blocking", c'est-à-dire "bouchage à la langue").

Les enregistrements qui nous concernent se sont déroulés entre 1980 et 1995. Il faut savoir que les collecteurs ont d'abord cherché du répertoire à partir d'instruments identifiés comme traditionnels (cornemuses, accordéons, violon, vielle à roue), les autres instruments comme l'harmonica ont été moins enregistrés, voire délaissés.

Cela ne représente pas nécessairement leur diffusion et leur utilisation, très fréquente en ce qui concerne l'harmonica sur notre territoire. L'instrument, tenant dans la poche, fut l'indispensable compagnon des gardeurs de troupeaux qui s'occupaient en jouant de la musique. Bien leur en a pris. Nous sommes aujourd'hui en mesure de dire qu'il existe bien un style de jeu spécifique dans le massif central.

 

Carte interactive

Voici une carte interactive  : cliquer sur les repères pour écouter des enregistrements de joueuses et joueurs d'harmonicas