Recherche


Fonds régions

   Normandie

   Bourgogne

   Limousin

   Auvergne

   Languedoc
Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA 1AV27
Titre Mémoires du bombardement du 26 mai 1944 à Saint-Étienne
Commentaire L'enquête est enregistrée vraisemblablement dans les locaux de l'association des Amis du Vieux Saint-Étienne qui anime cette rencontre de témoins du bombardement du 26 mai 1944 avec l'aide de Monsieur Besson, principal informateur. La diffusion de diapositives dont nous ne possédons pas le contenu accompagne les discussions entre la petite dizaine de personnes présentes. Le document sonore recense aussi bien les témoignages individuels que certains "faits" objectivés et interroge sur les causes d'un tel massacre.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Marin, Anne-Catherine
Homme inconnu
 ; informateur :Besson, Monsieur
Charpin, Xavier
Mazencieux, Monsieur
Fontrobert, Madame
Rossignol, Madame
Hommes inconnus
Date enregistrement-création 1 déc. 1993
Lieu enregistrement-création Saint-Étienne
Documents liés Fichier sonore ; Fichier sonore
Descripteurs guerre de 1939-1945- bombardement
Langue français
Genre du document récit de vie ; témoignage thématique
Lieux cités La Ricamarie; Saint-Étienne
Dates et périodes citées guerre de 1939-1945
Sommaire PISTE 1 (1AV27_A) [00: 00:00] Lancement de la soirée par une personne membre des Amis du Vieux Saint-Étienne. Retour sur les faits historiques du bombardement du 26 mai 1944 : 440 tonnes de bombes lâchées par 147 bombardiers américains, en milieu de matinée. M. Besson est l' « animateur de la soirée ». [00:01:43] Bref exposé de M. Besson sur la question des « bombes » : les éléments constitutifs d'une bombe ; ses effets ; ses degrés de conséquences. [00:03:23] La « défense passive » (aujourd’hui : protection civile) du Ministère de l’Intérieur à Saint-Étienne à l’époque : masques à gaz ; diffusion de brochures ; « chefs d’îlots » et chefs d’abris ; actions à déployer en cas d’alerte, mise en place de plaques par abris… Dénonciation du manque de travaux réalisés pour s'assurer de la solidité des abris. [00:10:37] L'expérience lyonnaise des bombardements de M. Besson [00:12:04] Le « carnet de contravention ». [00:13:30] Début du témoignage de M. Besson concernant le 26 mai 1944 : ses parents habitaient rue de la Plagne, la rue la plus sinistrée de Saint-Étienne puisqu’il n’y restait plus rien ensuite. Sirènes vers 9h15. [00:16:32] Discussion sur le but affiché du bombardement : détruire les voies de communication. « Mais je crois que cela a été finalement très très partiel (…) le lendemain, toute la circulation avec repris ». [00:17:25] À l’appui d’une diapositive, Monsieur Besson retrace son parcours dans la ville ce 26 mai. Il explique qu’à Saint-Étienne, les gens pensaient que les bombardements « n’arriveraient qu’aux autres ». Commentaires sur les « forteresses volantes », les avions B17, la distance du sol, la DCA. Evocation d'un "génocide" pratiqué par les Américains à Saint-Étienne. [00:21:06] Prise de parole anonyme : bombardement de la Ricamarie, le 10 mars 1944 par les Anglais. [00:23:44] Interrogation sur les causes du bombardement. « Je me demande si le bombardement de Saint-Etienne, ça n’a pas été comme pour Hiroshima, un moment pour affoler les populations ». [00:23:40] Récit de la désorganisation de l’après bombardement : « il y avait un truc de défense passive, au lycée Fauriel. (…) J’étais avec une cinquantaine de gars qui venions pour donner la main (…) On nous a donné des pelles, des pioches (…) très honnêtement, on n’a rien foutu du tout ». [00 :26 :10] Reprise du témoignage de M. Besson. « Je me suis couché dans le fossé (…) Je me suis retourné et j’ai entendu un fracas épouvantable : le mur par lequel j’avais accédé s’était effondré ». Sa famille est épargnée. « J’ai eu un paysage d’apocalypse ». PISTE 2 (1AV27_B) [00:00:00] Une diapositive portant sur L’Eglise de Saint-François ouvre la discussion sur son sort le 26 mai 1944 en pleine messe puis échanges autour d'une diversité de lieux de cultes stéphanois. [00:14:10] Les traumatismes. Petites anecdotes : monuments, statues, entreprises, marques laissées par les bombes. On évoque des personnalités et des inconnus. PISTE 3 (1AV27_C) [00: 00: 00] Poursuite des discussions à partir des diapositives diffusées. [00:02:09] Les démarches administratives à l'issue du bombardement : carte de sinistré totale, démarches pour assurer la reconstruction de l’immeuble ; compensations financières octroyées par la Ville ou l’État [00:04:52] Évocation de la survie matérielle de la population : « pour le logement, tout le monde s’est débrouillé ». Restauration d’extrême urgence, solidarité naturelle entre connaissances pour l’hébergement. Réquisition de l’École Nationale Professionnelle pour la morgue mais aussi pour accueillir les personnes restées dehors. [00:07:05] Le 23 août 1945, vente des meubles de la Gestapo organisée à destination des sinistrés : « ces messieurs savaient très bien se servir » ! [00:08:10] Anecdote concernant la question du permis de conduire, passé à 16 ans en 1939 pour permettre aux jeunes de conduire les chars d’assaut. [00:09:19] Retour sur une discussion autour des moyens de protection comparés entre Saint-Étienne et Genève, aujourd’hui puis étendu aux pays européens. [00:13:39] Circulation de journaux de l’époque, du lendemain du bombardement entre les participations et évocation des pénuries de papier. [00:14:28] La personne qui anime pour les Amis du Vieux Saint-Étienne invite les témoins présents à raconter leur vécu. Excuse Madame Pontvianne qui a vécu cette journée. [00:16:26] Mme Rossignol : Habitante de la rue Augustin Thierry, elle vivait tout à côté de la voie de chemin de fer. Elle avait 7 ans le 26 mai 1944. Son père était à la manufacture lorsque l’alerte a sonné. « Une alerte, une alerte : personne ne bougeait ». [00:23:43] Une autre personne : « C’est vrai ce que vous disiez tout à l’heure : on ne bougeait plus pour les alertes ». [00:25:20] Commentaires sur les autres alertes et bombardements. « Les Anglais volaient moins hauts » [00:27:45] Retour sur le bombardement à la Ricamarie puis commentaires sur le système des viseurs américains. [00:29:05] Interrogations communes à l’encontre des Amis du Vieux Saint-Étienne puis à Anne-Catherine Marin concernant les informations supplémentaires qu’ils pourraient avoir sur ce bombardement et notamment quelle escadrille avait bombardé la ville. [00:30:57] Discussion autour du manque d’informations qui existent au sujet de ce bombardement. [00:31:20] Discussion autour des deux morgues installées à Saint-Étienne après le bombardement et le nombre de personnes reconnues : 849. [00:33:43] Evocation des raisons expliquant, outre la charge lancée sur la ville, les dégâts causés : constructions en pierre et en bois, chauffage au gaz, heure de préparation du repas . PISTE 4 (1AV27_D) [00:00:00] Débat sur les abris. Différences entre les pratiques professionnelles lors des alertes : si à la manufacture, on libérait les salariés, d’autres avaient pour ordre de monter en hauteur. [00:04:52] Les alertes qui ont suivi ont été davantage écoutées. [00:06:19] « Je suis de ceux qui sont persuadés qu’il y avait un effet psycho qui était recherché » et récit d’un reportage diffusé sur Arte au sujet du bombardement d’Hiroshima, que le témoin met en parallèle avec l’expérience stéphanoise. [00:11:09] Témoignage de M. Mazencieux. Habitant du quartier Bel Air, il avait 13 ans en 1944. « On a juste eu le temps de sortir et de se mettre à plat ventre ». Nombreux morts « manuchards » [00:14:25] Témoignage de Mme Sabatier. Au moment de l’attaque, elle avait 18 ans et était en apprentissage rue Saint-Jacques. [00:16:27] Témoignage de M. Charpin. Revient d’abord sur le bombardement de la Ricamarie et sur l’effet des bombes à retardement puis enchaîne sur son expérience à Saint-Étienne. Habitait proche du Casino d’où l’on entendait les « pré-alertes ». [00:20:50] Théorie de M. Charpin concernant les causes du bombardement : « ils ont fait cela mais pour moi pour une question économique ». Et brève intervention sur la solidarité qui avait existé ainsi que sur l’ouvrage qu’il a fait paraître au sujet de cet événement. [00:25:17] Témoignage de Madame Fontrobert coupé par la fin de la cassette.
Fonds Fonds des Amis du Vieux Saint-Etienne
Nature du document enquête
Département Loire
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 02:03:02
Qualité bon
Cote 1AV27
Documents numériques liés


1AV27_A.mp31AV27_A.mp3

1AV25_B.mp31AV25_B.mp3

1AV27_C.mp31AV27_C.mp3

1AV27_D.mp31AV27_D.mp3


Alexandrie GB Concept 2009