Recherche


OAI

Fonds régions

Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0028
Titre Chants persans : rencontre avec Nâzie Bertin
Commentaire Nâzie Bertin vient d'Iran, elle est arrivée à Lyon en 1986. Elle chante depuis toute petite, c'est une chose qui la libère. Depuis qu'elle est en France, sa pratique musicale a un peu diminué du fait du contexte culturel différent mais elle trouve toujours quelques occasions pour réinterpréter le répertoire qu'elle chantait en Iran. L'entretien se termine par deux chants, tous deux sur le thème de l'amour. Nâzie parle beaucoup des fêtes et des rituels qui sont pratiqués à ces occasions, dans lesquels la musique occupe toujours une place centrale.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Epstein, Yaël  ; informateur :Bertin, Nâzie
Date enregistrement-création 4 déc. 2009
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs Iran- Perse
Langue français
Genre du document récit de vie
Lieux cités Iran
Sommaire [00:00:00] Parcours culturel familial : Nazie est née dans une famille kurde en Iran (partie kurdistan). À l'âge de 5 ans, sa famille a déménagé à Téhéran où elle a passé son enfance et sa jeunesse. En Iran on parle persan et on étudie le persan mais il y a des dialectes et des argots différents selon les régions (Région kurde/Région turque). Elle a toujours eu envie de chanter, elle chantait déjà dans son pays dans des fêtes ou des soirées. Pour le chant constituait une façon de se libérer. Aujourd'hui, elle a moins d'occasions pour chanter. Elle a peu d'amis iraniens en France et les soirées ici sont différentes. Description d'une soirée typique en Iran. [00:07:02] Les occasions de chanter : Place très importante de la musique et de la poésie dans la culture iranienne. Shab-e Yalda: « les plus longues soirées de l'année », fêtes où l'on mange, lit de la poésie, chante et joue des instruments de musique. En France certaines associations reproduisent ces fêtes. [00:10:00] Nazie chantait différents styles, parfois elle adaptait sa musique sur des poésies ou sur une musique plutôt traditionnelle, parfois moderne. En France elle a assez peu entretenu ces chants. Malgré tout elle donne des cours et chante pour diverses occasions. [00:12:12] La transmission au sein de sa famille : sa fille aime beaucoup l'entendre chanter mais ne chante pas. Elle n'a pas une connaissance assez bonne de la langue persane. [00:14:43] Importance de perpétuer la fête du nouvel an Iranien (21 mars). Longue description des coutumes du nouvel an et les chants à cette occasion. En France, elle perpétue les coutumes mais chante en français, si bien qu'elle a du mal à se souvenir des paroles en persan. [00:22:25] Fête de « Chaharshanbeh suri », fête culturelle ayant lieu le dernier mercredi de l'année : beaucoup de chants à cette occasion. Coutume de sauter par dessus le feu et de chanter. Nazie fredonne l'air en question. [00:24:45] Moment chanté. Chanson mélancolique qui parle d'amour déçu. « j'étais comme une larme dans tes yeux et je suis tombé », ça veut dire que « je n'ai plus de valeur à tes yeux, tu m'as sous estimée».
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône (69)
Aire culturelle Iran
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 00:34:36
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0028_BERTIN Nâzie.mp311AV0028_BERTIN Nâzie.mp3 (31 Mo)


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId