Recherche


OAI

Fonds régions

Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0057
Titre Musiques cubaines : rencontre avec Yoel Viso Valdez
Commentaire Entretien avec Yoel Viso Valdez, membre d'un groupe de musique cubaine et percussionniste.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Darroux, Laurie  ; informateur :Viso Valdez, Yoel
Date enregistrement-création 17 avr. 2011
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs Cuba- percussions
Langue français; espagnol
Genre du document récit de vie ; morceau instrumental
Instrument percussions
Lieux cités Cuba
Sommaire 11AV0057_1 [00:00:00] Parcours musical et personnel de Yoel Viso Valdez. Dans la famille de Yoel Viso Valdez il n’y a pas des musiciens ce qui a fait qu'il s’intéresse particulièrement à la musique. Dans tous les villages de Cuba, il explique il y a une "Casa de Cultura" (maison de culture), où tu peux apprendre à jouer des instruments gratuitement. Il a été orienté vers ces Maisons de Culture pour chanter avec un groupe de musique traditionnel cubain. [00:07:00] Les festivals municipaux et nationaux: avec son premier groupe à Cuba ils ont toujours participé dans ces rassemblements musicaux. Il a commencé a travailler de cette manière à l’âge de 8 ans raison pour laquelle il a beaucoup participé dans des festivals tout le long de sa carrière musicale. [00:08:27] Récit sur les études et la musique : Yoel Viso Valdez a étudié économie mais après il a décidé de se consacrer à la musique. Après avoir passé trois ans dans le service militaire , il a commencé à jouer dans des orchestres. [00:10:29] La formation musicale à Cuba : les musiciens à Cuba se forment au sein des orchestres, qui à la fois dépendent du gouvernement, et demandent un travail extrêmement rigoureux. A Cuba, Il n’y a pas des groupes de musique qui se forment et se produisent de manière indépendante. [00:13:24] Le but de se former en tant que musicien a été aussi celui de pouvoir sortir du pays. Il explique comment il a commencé à voyager grâce à la musique et comment il a commencé à beaucoup travailler à l'étranger. [00:16:26] La sortie de Cuba : son identité, sa famille, sont à Cuba. Le fait d'être musicien lui permet de faire des allers-retours et cette possibilité à Cuba c’est une chance. [00:19:26] Le difficultés à l’étranger : La musique lui a permis de mieux s’adapter dans un contexte étranger. Il n’a pas changé de répertoire en France parce que la salsa était bien acceptée. Egalement les voyages en France étaient plus faciles grâce à son statut de musicien. La musique c’est sa passion et celle-ci lui a permis de rester toujours positif même face aux difficultés de la vie. [00:24:20] La musique est une passion pour Yoel Viso Valdez et pour y vivre, il explique, c’est plus facile à Cuba car le gouvernement donne du travail et organise les concerts pour les musiciens. En tant que musicien il aime tous les styles de musique car il peut ressentir ce que les autres musiciens prouvent en interprétant les morceaux. [00:27:40] La culture en France et très différente à celle de Cuba : parfois ce n’est pas facile mais la France lui permet de réaliser son rêve d’être musicien et sur cet aspect là il est très reconnaissant. [00:30:55] Récit sur les différences qu’il aperçoit entre la manière de faire à Cuba et en France et les raisons pour lesquelles il reste en France (musique). [00:34:35] La vie en France: quand il ne sent pas bien, il se refuge dans la musique. Quand il joue les percussions, il a toujours de souvenirs de Cuba. [00:37:44] Les retours à Cuba : au moins une fois par an il retourne. Sa mère lui soutenait pour continuer à être musicien. Sa famille était contente de qu’il ait choisi cette profession. [00:39:00] Dans la culture cubaine, la musique et la fête sont vraiment importantes, et le gouvernement soutient aussi les projets culturels et musicaux. Se former en tant que musicien à Cuba est totalement gratuit. Retour à son parcours musical. (durée 00:49:21) 11AV0057_2 [00:00:00] Les avantages d'avoir choisi la France comme pays de résidence : la France pour Yoel Viso Valdez est un pays sûr comme Cuba. Il explique que pour les cubains c’est une priorité de se sentir en sécurité dans la ville où ils résidents car à Cuba ce n’est pas vraiment dangereux. Il trouve que la France est le pays le plus ouvert à d’autres cultures musicales. [00:05:00] Les inconvénients en France : il explique que les artistes ils n’ont pas beaucoup de moyens en France pour se produire ce qui est une contrainte pour la création et composition musicale. Si le gouvernement investissait plus dans la culture il pense que ce serait un bon moyen de développer un panorama musical plus actif dans les villes. [00:09:25] Les musiciens français : selon Yoel Viso Valdez les artistes français aujourd’hui ont moins de temps à dédier à la musique ce qui fait qu’il préfère écouter les artistes français d’autrefois. Il pense que le gouvernement s’impliquait plus dans la culture avant que aujourd’hui. [00:10:15] Les répertoires de Yoel Viso Valdez : A Cuba la musique est la salsa donc il a commencé comme percussionniste de salsa et une fois en France il a joué tous les styles (brésilienne, jazz, africaine, arabe, flamenco). En tant que percussionniste c’est plus facile de jouer sur d’autres répertoires parce que les percussions s’adaptent facilement (comme le bongo dans le flamenco ou le rai marocain). [00:13:12] Dans les autres pays européens, il pense que ce n’est pas si évident de pouvoir mélanger différents styles surtout ce dont il existe une forte tradition musicale autochtone. La France, à son avis, à force d'avoir laissé a place à d’autres traditions musicales, a un peu perdu ses propres traditions musicales françaises. [00:16:00] Discussion autour de la notion de culture : L’identité culturelle d’un pays c’est ce qui le fait vivre. Yoel Viso Valdez pense que la gastronomie n’est pas un élément de la culture comme peut l’être la musique. La culture ce qui différence les pays entre eux. [00:17:53] La culture musicale en France : on ressent moins le côté traditionnel parce qu’il y a eu un mélange de cultures qui remonte dans le temps. Néanmoins, selon Yoel Viso Valdez cela a fait que aujourd'hui la culture musicale ne soit pas très puissante au niveau international. Parallèlement à part cette manque de représentation au niveau international aujourd'hui, ce qui est très positif pour Yoel Viso Valdez est que que les gens s’intéressent davantage à d’autres cultures musicales étrangères. (durée 00:23:37)
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône (69)
Aire culturelle Cuba
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 01:08:54
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0057_2.mp311AV0057_2.mp3 (10 Mo)

11AV0057_1.mp311AV0057_1.mp3 (28 Mo)


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId