Recherche


Fonds régions

   Normandie

   Bourgogne

   Limousin

   Auvergne

   Languedoc
Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0066
Titre Musiques siciliennes : rencontre avec Giacomo Anastasi_01
Commentaire Giacomo Anastasi travaille à l'Institut de Culture Italienne de Villeurbanne. Arrivé en France à l'âge de 25 ans, il a fondé le premier groupe de musique italienne de Lyon. Guitariste et chanteur, il navigue dans les répertoires de pizzica et tarentelle, en langue sicilienne.
Responsabilité - Intervenant informateur :Anastasi, Giacomo  ; enquêteur :Zampa, Silvia  ; enquêteur :Epstein, Yaël
Date enregistrement-création 13 mai 2011
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs Italie- Sicile- pizzica- tarentelle- tamorra
Langue français; sicilien
Genre du document chant ; morceau instrumental
Sommaire [00:00:00] Giacomo Anastasi vient de Messina, Sicile. Il est arrivé en France à 25 ans. Il débute la musique à 10 ans. Pendant 10 ans il joue au sein d'un groupe de musique populaire en Sicile, qui existe encore aujourd'hui : le Melograno. Giacomo ne lit pas la musique mais cela ne l'empêche pas de jouer avec des musiciens professionnels : un flûtiste du conservatoire de Paris et un guitariste du conservatoire de Fourvière. [00:02:40] Giacomo a quitté l'Italie par amour pour une jeune fille. En France, vivre de sa musique s'est avéré plus difficile qu'en Italie. Il y monte le "Trio Zancle" composé d'une guitare, mandoline, chant, que rejoindront plus tard un accordéon et une basse. Depuis cinq ans il joue au sein d'un trio de variété italienne des années 60 (assortie de jazz), "Musica Cruda". Récemment il a tenté de monter un groupe de musique baroque des 17e/19e siècles. [00:06:13] Comme tous les barbiers, Giacomo a exercé un double métier : couper les cheveux le matin, jouer de la musique (ou aux cartes) l'après-midi. C'est ainsi qu'il a appris la guitare. [00:08:00] La mandoline et la mandole sont des instruments traditionnels d'Italie du Sud. On en joue beaucoup à Naples, mais ils étaient conçus en Sicile (où la tradition instrumentale est davantage celle de la guitare et de la flûte). [00:09:30] C'est en jouant au sein d'ensemble instrumentaux qu'il a commencé à chanter, en assurant les parties chorales. Au sein de son trio "Zancle", il interprète une quarantaine de chansons de tradition populaire : tarantelles, chants de travail, et chansons napolitaines à succès. Dans son trio le plus récent, ils interprètent des tarnatelles jouées à la tamorra (tambourin en peau de chèvre et cymbales). [00:11:40] Commentaires sur la transmission des chansons et sur le rôle de sa grand-mère. [00:12:40] Interprétation du chant "Luna Lunedda" : appel à la lune et aux saints, berceuse transformée en prière en langue sicilienne. Cette chansons lui était chantée par sa grand-mère. [00:16:00] Interprétation du chant "Vitti Vitti" : "j'ai vu j'ai vu", une chanson sicilienne au double sens, une tarantelle au rythme soutenu. Commentaire sur les différents types de tarantelle : napolitaine, d'Ischia, pizicarella de Puglie, villanella, tarantella calabrese, sicilienne. La façon de jouer est très différente d'une tarantelle à l'autre. Commentaires sur la musicothérapie, qu'il pratique lui-même. [00:22:46] Interprétation d'une pizzicarella calabrese. Commentaires sur le rôle social (et amoureux) de la danse. [00:28:20] Interprétation de "La Figlia Sventurata" : "la fille malchanceuse". [00:32:16] A son arrivée en France, il joue moins car il a un autre métier. Il a repris son métier de barbier depuis dix ans. [00:34:34] Son rôle au sein de l'Institut de culture italienne. Sa musique est davantage écoutée par les français que par les italiens. A Grenoble comme à Lyon, la transmission culturelle est très faible dans les communautés italiennes, au niveau de la musique et même de la langue. Giacomo explique ce constat par une atmosphère raciste envers les communautés italiennes, espagnoles, portugaises au début du siècle et dans les années 1960, qui a construit la pensée selon laquelle pour s'intégrer il ne fallait pas parler sa langue, ne pas se faire remarquer, et bien travailler. [00:39:40] Les jeunes de la 2e et 3e génération s'intéressent peu à leurs racines italiennes. En revanche il y a une curiosité de plus en plus forte pour les musiques traditionnelles italiennes de la part des musiciens français. Commentaire sur la diversité linguistique des italiens qui a rendue difficile la création d'une communauté italienne unie. [00:46:00] Commentaires sur la tradition des commandes de sérénades. [00:48:04] Interprétation du "Canto dela vendemmia", chant de vendanges.
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône
Aire culturelle France; Italie; Sicile
Durée 00:50:10
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0066.mp311AV0066.mp3

Voir aussi (affichage des 200 premiers enregistrements liés)