Recherche


Fonds régions

   Normandie

   Bourgogne

   Limousin

   Auvergne

   Languedoc
Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0048
Titre La transmission du Flamenco : entretien avec les sœurs Orozco-Arraez
Commentaire Cette enquête à été effectuée dans le but précis d'aborder avec les sœurs Orozco/Arraez et leurs enfants la thématique de la transmission du flamenco, pour l'exposition « Musiques! » co-roganisée par Le Rize-Centre Mémoires et Sociétés de Villeurbanne et le CMTRA en 2010. Marie-Ange Orozco et Marie-Jo Arraez, sont deux sœurs, nées à Séville et arrivées en France dans les années 60. Elle habitent désormais à Rilleux et sont très impliquées dans l'association l'APFEEF (Villeurbanne) où elles donnent des cours de danse et de chant.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Epstein, Yaël  ; enquêteur :Darroux, Laurie  ; informateur :Orozco, Marie-Ange  ; informateur :Arraez Marie-Jo
Date enregistrement-création 20 avr. 2010
Lieu enregistrement-création Rillieux-la-pape
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs Andalousie- Espagne- guitare- Flamenco
Danse Flamenco
Langue français; espagnol
Genre du document chant ; récit de vie
Instrument guitare; chant
Sommaire 11AV0048_1 [00:00:00] Récit du parcours des sœurs Orozco/Arraez et de leur rapport à la culture flamenca. Après avoir émigré en France, elles ont décidé de réactiver ce répertoire. [00:03:01] En France, la réactivation du flamenco est particulièrement forte, grâce aux fêtes familiales et communautaires. Ce goût pour le flamenco reste vivant, ce qui est important pour les soeurs Orozco/Arraez. [00:03:57] Leur mère à des origines gitanes et leur à transmis le goût du chant, puis leur père l'amour pour le flamenco. Leur mère, elles racontent, avait des goûts plus modernes et leur père plus traditionnels. [00:04:30] Discussion sur la définition de leur acception du terme flamenco. Au sens large, le flamenco traditionnel est celui à l'état « pur » sinon il s'agit d'un style plus modernisé appelé "copla". [00:05:26] La transmission se fait de génération en génération. [00:08:00] A leur arrivée en France, elles ont participé aux activités de l'APFEEF, l'Association des Pères de Familles Espagnoles Emigrées en France, lieu permettant de transmettre la langue aux enfants issus de l'immigration espagnole. L'association propose des activités culturelles telles que des ateliers de danse et de théâtre. Cela leur a permis de leur transmettre leur culture, « la famille qu'on avait là bas, quelque part on l'a reconstruite ici, avec le milieu associatif". Dans ce milieu, les séparations entre régions espagnoles n'existent plus, seulement l'identité nationale espagnole est revendiquée. La Fragua, une école de flamenco, est ainsi pour elles un endroit extraordinaire à Lyon. Elles ont suivi le parcours du fondateur et professeur, depuis son plus jeune âge. Grâce à la fragua, elles ont découvert la dynamique du flamenco Lyonnais. [00:11:05] La transmission de la culture flamenca actuellement est très forte « c'est presque du fanatisme ». La transmission de la langue espagnole s'est faite directement en sautant une génération. Commentaires sur le rôle de leur grand-mère dans leur passion pour le flamenco. [00:14:35] Elles racontent quelques anecdotes familiales à Séville. [00:20:37] À travers le flamenco et les paroles des chants, elles transmettent différentes valeurs. La musique et la danse créent des liens entre les personnes ainsi q'une certaine complicité. [00:23:26] Commentaires sur l'évolution du répertoire flamenco (mélanges, fusions), et sur les différences entre le flamenco qu'elles écoutaient en Espagne et celui qu'elles écoutent actuellement. Leur génération aime et pratique plutôt le flamenco modernisé tandis que les nouvelles générations et les jeunes français passionnés de flamenco reviennent aux formes plus traditionnelles. [00:26:01] En général, le flamenco s'exporte mal puisqu'il n'y a pas beaucoup d'artistes reconnus par le grand public mais l'agglomération lyonnaise est une scène intéressante. La casa cultural de Murcia, une autre association autour de la culture de la région de Murcia, a fondé un choeur de flamenco andalou (rumba, sévillana). (durée 00:30:09) 11AV0048_2 Les enfants s'expriment sur la question de la transmission et sur la passion qu'ils époruvent pour le flamenco. Le fait d'avoir été baignés dans la culture flamenca leur à donné envie de chanter et de danser (pour ne pas perdre ses racines et garder un lien avec le pays). Les filles dansent depuis qu'elles sont jeunes et le fils aîné s'est consacré à la guitare flamenca (influencé par Paco de Lucia et Tomatito). Le flamenco dans leur famille est en lien avec leurs grands parents. (durée 00:02:36) 11AV0048_3 Intérpretation de quatre Sévillanes avec le fils aîné à la guitare, suivi d'une rumba, un tango, une buleria « Suspiro de rosa de pitimini » , un autre tango, une alegria, et un démonstration des pas de danse par la jeune fille. (durée 00:22:48)
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône
Aire culturelle France; Espagne
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 01:06:31
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0048_1.mp311AV0048_1.mp3

11AV0048_2.mp311AV0048_2.mp3

11AV0048_3.mp311AV0048_3.mp3

Voir aussi (affichage des 200 premiers enregistrements liés)