Recherche


OAI

Fonds régions

Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0010
Titre Rencontre avec David Pitoun, chanteur du Kinor David Orchestra
Commentaire David Pitoun est un chanteur juif né en 1971, habitant dans le quartier Charpennes à Villeurbanne (69100). De parents séfarades, nés en Algérie, David Pitoun a été élevé à Lyon (Villeurbanne) et en Israël. Il est spécialiste des répertoires liturgiques juifs, en particulier Mizrahi (israélien-oriental) et Hassidique. S'inscrivant dans les courants de la musique de variété israélienne, David Pitoun se produit aussi bien en France qu’en Europe, dans le cadre de fêtes familiales des communautés juives de l'agglomération lyonnaise, de Marseille et de Paris, ou lors de galas ou concerts.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Barbet, Péroline  ; informateur :Pitoun, David
Date enregistrement-création 19 févr. 2009
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs chant- juif- Israël- religion
Genre du document récit de vie
Sommaire 11AV0010_1 [00:00:00] David Pitoun fait de la musique de "variété", mizrahi. Commentaires sur les influences du bassin méditerranéen sur ce répertoire telles que les musiques égyptiennes, grecques, syriennes, occidentales. Sa formation musicale initiale a été celle du chant classique occidental. Il a ensuite fait des études religieuses à Jérusalem où il s'est plongé dans les techniques du chant oriental et dans le solfège arabe. Il joue dans des réceptions privées (mariages, anniversaires), ce qui est à son avis indispensable pour "apprendre le métier". Plus globalement, il joue régulièrement pour des fêtes communautaires à Villeurbanne, Marseille ou Paris. [00:07:45] Les occasions de jeu: mariages, anniversaires, fêtes de Bar Mitzva, fêtes communautaires organisées par des synagogues, des communautés israélites (collectes de charité, inaugurations …) [00:09:34] Quelle est la place de la musique dans la communauté juive? La religion juive est largement influencée par le chant. La prière est chantée, donc tout le monde est influencé. David a commencé à chanter à la synagogue, sa base musicale est la musique liturgique, il continue d'ailleurs à chanter dans le cadre de la synagogue. La liturgie séfarade est très largement influencée par la culture orientale. Certains airs des répertoires arabes ont été adaptés à la liturgie séfarade. [00:17:54] Commentaires sur la musique de variétés, appelée "Mizrahi" ("oriental" en hébreu), terme qui à son sens n'est pas très précis. David Pitoun ne fait pas que de la musique orientale, mais aussi hassidic, d'influence ashkénaze ("une musique qui vient du klezmer mais qui est devenue une musique très variété-rock"). Pour ne pas dénaturer la chanson, il respecte au maximum les rimes et les pieds des chansons originales. Les musiciens du groupe varient selon les occasions (clavier oriental, percussions, violon), tous les musiciens ne sont pas des musiciens orientaux. [00:24:38] Commentaires sur la communauté juive du quartier (Charpennes, République, Gratte-Ciel). Les lieux de fêtes : il faut de grandes salles car les petites réceptions dans la communauté juive sont rares (min 300/400 personnes). A Villeurbanne les salles ne sont pas assez grandes (Casino de Charbonnière, Salle de Novotel ...). Régularité des concerts: Très irréguliers (de 2 à 6 concerts par mois environ), c'est de plus en plus difficile pour les musiciens qui sont très facilement remplacés par des DJ. David a été intermittent mais n'a pas assez de dates pour garder son statut. Les années 80-90 ont été plus florissantes. Un autre artiste évolue à Lyon dans les cercles communautaires juifs, mais sur des répertoires hassidiques. [00:30:27]: David Pitoun se tient au courant des nouveautés musicales israeliennes et suit de très prêt la vie musicale. Les artistes israéliens actuels l'influencent fortement, il leur reprend d'ailleurs lors de ses représentations de nombreux tubes. Cela correspond aussi à une tendance du public qui "veut de l'israélien". Le "problème" des exigences et des goûts du public: David aime presque l'ensemble des répertoires qui lui sont demandés. Ses goûts sont en adéquation avec les goûts du public. A une époque David ne voulait faire que ce qu'il aimait c'est à dire de "l'oriental", il ignorait le genre hassidic et cela a été la cause d'une forme de marginalisation selon lui. Aujourd'hui, il est plus souple dans ses propositions musicales et a inséré d'autres formes de répertoire (notamment hassidic). Cependant cette forme de radicalisme lui a permit de créer une couleur et une identité musicale propre. La danse : difficile à définir, danse orientale. Son style: difficile à définir. Une esthétique proche des voix iraéliennes. David voudrait pouvoir arriver à chanter sans jamais lasser les gens, être au delà des phénomènes de modes (il cite Charles Aznavour). [00:39:29] Les influences : pour lui les grands chanteurs israéliens: Daklon (un des premiers chanteurs typiquement oriental et mediterranéen en Israël dans les années 60), Haim Moshe, Shimi Tavori, Moshe Giat, Eli Luzon ... Dans le monde arabe: Farid El Hatrach, Oum Kalthoum, Mohamed Abedel Wahab, Sabah Fakhri (Syrien), Abedl Alim Hafez, dont il reprend les chansons en les traduisant en hébreu. David écoute aussi beacoup de musiques arméniennes et turques (Ibrahim Tatlises). "Cette variété mishrari s'inspire beaucoup de la musique turque". En France: Charles Aznavour, Michel Berger (dont David se sent très proche, il interprétait dans ses galas la chanson "Le Paradis Blanc"), Michel Sardou, Michel Fugain, Florent Pagny, Johnny Halliday. 11AV0010_2 [00:00:00] Les parents de David sont juifs pieds-noirs (Algérie). Ils avaient une culture musicale algérienne & orientale. David est né en 1971, il a grandit en banlieue lyonnaise, la famille a ensuite déménagé à Villeurbanne, David a suivi ses études religieuses en Israël. [00:04:30] Commentaires sur la fonction du chant dans la religion juive. Mais plus qu'une prière, le chant pour David Pitoun est bien une forme d'expression de soi. La musique juive n'existe pas, David Pitoun refuse le terme. Cette musique est davantage l'expression de cultures arabes et méditerranéennes (Arabe, Turque, Syrienne, Grecque, Égyptienne ...), et à travers ça un style israélien s'est forgé, mais ce phénomène est récent.
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône (69)
Aire culturelle Méditérranée
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 00:57:18
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0010_1.mp311AV0010_1.mp3 (31 Mo)

11AV0010_2.mp311AV0010_2.mp3 (7 Mo)


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId