Recherche


OAI

Fonds régions

Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA FRAC069266_11AV0026
Titre Les fêtes de la St Roch : rencontre avec Robert Laurini
Commentaire Robert Laurini à vécu dans son enfance les fêtes de la St Roch qui avaient lieu à Villeurbanne et réunissaient la communauté Italienne. Il témoigne et nous transmet ses souvenirs. Pour lui, cette fête était très clairement un outil d'intégration sociale pour la communauté Italienne. Elle a disparu quand cette fonction sociale n'avait plus lieu d'être. La fête de la St Roch avait lieu toutes les années vers le mois de septembre. On célébrait ce Saint très populaire en Italie sur le terrain de foot à côté de la paroisse de la Ste Famille.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Epstein, Yaël  ; informateur :Laurini, Robert
Date enregistrement-création 1 déc. 2012
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs Italie- saint Roch- Villeurbanne- migration italienne
Langue français
Genre du document récit de vie
Sommaire Fichier sonore 01 [00:00:00] Au sujet de la fête de la St-Roch. La dernière fois que ça a eu lieu, c'était vers 1970. Depuis, tous les responsables et organisateurs sont décédés. Robert suppose que ces manifestations ont commencé autour de 1925/30 mais il n'en est pas certain. Son grand père était impliqué. L'église de la Sainte Famille à été crée en 1928. [00:01:35] Villeurbanne. Avant 1900, la ville devait compter entre 10 000 et 20 000 habitants. Ensuite sont venues les usines, entreprises de textile majoritairement. La famille de Robert est venue d'Italie (Piémont) et s'est installée à Villeurbanne avant 1900. Il se considère comme un des plus anciens Vileurbannais. Le besoin de main d'oeuvre à fait venir beaucoup de piémontais et de napolitains. Les espagnols sont venus plus tard. Puis dans les années 1920/1930, à cause de la dictature de Mussolini, il y a eu une seconde vague d'émigration. [00:03:22] Il a vu fonctionner la st Roch quand il était petit. La manifestation se déroulait sur le terrain de foot à côté de l'église de la Ste Famille. Il y avait la statue du st et une procession autour du terrain de foot. La St Roch normalement vcélébrée le 16/08, a changé un peu après. La veille (le samedi) il y avait une fanfare pour attirer les habitants. La fanfare ne venait pas d'Italie mais de Manton à la frontière. Le dimanche, il y avait la messe et une fête l'après midi. [00:06:56] Un film à été tourné et des copies données aux archives de la ville, à la maison du livre, etc... [00:07:52] La fête de la St Roch. Il y avait des pastèques et puis des graines de lupin (lubines). Le lendemain il ne fallait pas passer devant l'église au risque d'être réquisitionné par le curé pour ramasser les peaux de pastèques qui trainaient de partout après la fête. Un wagon plein de pastèques livrait spécialement la St roch pour ce jour particulier. Pour rigoler certains appelaient ça la fête de la pastèque. La procession avait lieu le dimanche après midi. La fanfare accompagnait la procession. Il y avait une sorte d'estrade avec un chapiteau où ils jouaient. Le consulat d'Italie participait et sponsorisait. [00:11:30] C'était la réunion de toute la communauté italienne de l'agglomération Lyonnaise. Des cars venaient des petites villes des environs (Givors…). Il devait y avoir environ 1000 personnes. [00:13:03] Pourquoi la fête de la St Roch était-elle ainsi célébrée? St Roch est un saint très populaire dans toute l'Italie. St Roch est né à Montpellier. Il fait un peu le pont entre les deux cultures. Robert croit qu'il était guérisseur. Son icône est accompagnée d'un chien qui soigne ses blessures. [00:15:42] Il y avait un comité des fêtes de la st Roch qui s'occupait de l'organisation. La paroisse n'était pas organisatrice mais elle avait un rôle important. [00:19:50] Répertoire de la fanfare. Robert ne se souvient pas bien mais il pense que c'était un mélange de chants traditionnels Italiens, de musique liturgique et de musette français. [00:20:45] Il n'y avait pas que des Italiens qui venaient à cette fête car il y avait les conjoints, les enfants et la familles française de certains émigrés. Le souci d'intégration était très fort. Certains décidaient, une fois en France de ne plus parler Italien. La fête de la St Roch qui était nostalgique, a été perçue par certains comme un frein à l'intégration, et puis avec le fascisme la patrie d'origine a été reniée par plusieurs immigrés. C'est en partie pour ces raisons que la fête de la St Roch a disparu. Il y a eu une coupure. La police de Mussolini, à une époque, était présente en France et cherchait des opposants, elle rendait les choses plus compliquées. L'intégration a été à la fois plus simple et plus compliquée. [00:24:55] Intégrations des Italiens aux Etats-Unis : similitudes et différences [00:26:98] Pour Robert, ce type de fête est un outil d'intégration. C'est un pont entre deux vies. Au début, c'est plus nostalgique puis ça devient de l'entraide et quand tout le monde est bien intégré, il n'y a plus beaucoup de raisons pour que cela subsiste. Il y aura peut être ensuite un retour en arrière et les générations suivantes rechercheront leurs racines. [00:32:31] Robert suppose que pendant la guerre, la fête de la St Roch s'est arrêtée puis a repris ensuite. [00:33:37] Il y avait Cavagnolo qui faisait partie de la communauté Italienne. Fichier sonore 02 [00:00:00] L'essentiel du comité de la fête de la St Roch était de Crois Luizet. La communauté Italienne était forte dans ce quartier. La rue Alexis Peroncelle, s'appelait le chemin des poulettes. Les Italiens disaient: « la France ont acheté Nice et la Savoie aux Italiens et les Italiens ont acheté les poulettes ». Tout le quartier s'appelait « les poulettes ». Encore aujourd'hui, il y a beaucoup de noms italiens dans l'annuaire ou sur les boite aux lettres. [00:09:36] La paroisse de la Ste Famille est elle toujours marquée par la présence de la communauté Italienne? Pas vraiment. Peu être un peu plus que d'autres paroisses de Lyon. Il y a une autre statue de St Roch. Les Italiens ont beaucoup contribué en terme de don mais il n'y a pas de trace.
Fonds Musiques migrantes de Villeurbanne
Nature du document enquête
Département Rhône (69)
Niveau de consultation Diffusion publique non commerciale
Durée 00:45:34
Qualité bon
Documents numériques liés


11AV0026_01.mp311AV0026_01.mp3 (40 Mo)

11AV0026_02.mp311AV0026_02.mp3 (12 Mo)


Atention : Bloc Affichage notice éditoriale sans paramètre aloId