Recherche


Fonds régions

   Normandie

   Bourgogne

   Limousin

   Auvergne

   Languedoc
Document : archives sonores
Affichage notice visiteur
n° inventaire CMTRA 1AV206
Titre Témoignage sur le parc de la Feyssine à Villeurbanne
Commentaire Armand Honorat est directeur du parc de la Feyssine à Villeurbanne. A quelques jours de la retraite, il raconte ses quinze années à la tête du parc mais aussi son amour de la nature et sa conception des relations des hommes avec elle.
Responsabilité - Intervenant enquêteur :Saillard, Antoine  ; informateur :Honorat, Armand
Date enregistrement-création 20 sept. 2017
Lieu enregistrement-création Villeurbanne
Ecouter - Voir Document en ligne
Documents liés Fichier sonore
Descripteurs parc naturel- carrière professionnelle- espace vert- arbre
Lieu latitude 45.7607576
Lieu longitude 4.891956
Langue français
Genre du document témoignage thématique
Lieux cités Doua (La); Tête d'or (parc de la); Charpennes; Colin (rue); Oullins; Gratte-Ciel; Charmettes; Charles Hernu (place); Collège Jean Macé; Hippodrome du Grand-Camp
Noms cités Bret, Jean-Paul
Sommaire 1AV206_1 [00 :00 :00] Présentation Armand Honorat est né à Villeurbanne, dans le quartier des Charpennes. Commentaires sr son enfance à Villeurbanne, et brève présentation de son parcours professionnel, à Oullins puis au parc de la Feyssine. [00 :02 :13] L’histoire de la Feyssine Quand il était petit, sa grand-mère appelait ce terrain le « grand camp ». Il évoue l’histoire du terrain, la construction de l’Insa et le déménagement de l’Hippodrome. La plus grande partie du parc était occupé par la station de pompage des eaux pour la ville de Lyon. A partir de 1976, date de l’abandon de la station, le terrain reste en friche, jusqu’au début des années 1990 où la municipalité a voulu y développer un parc naturel urbain. Enfant, il se souvient d’un quartier « pas très fréquentable », du bidonville du Chaâba. Commentaires sur l’immigration à Villeurbanne, de son point de vue d’enfant. Lorsqu’il a pris ses fonctions, une ancienne habitante du Chaâba lui avait demandé de bien prendre soin du parc, son lieu d’enfance. [00 :07 :36] Un parc naturel urbain Revient sur la création du parc, soutenue par le maire de Villeurbanne et pensé comme un parc naturel dans la ville, dans lequel l’homme est au service de la faune et de la flore. Commentaires sur l’histoire des jardins : au Moyen-âge et à la Renaissance domine la volonté de dompter la nature, de la maîtrise. A partir des années 1990, « le jardinier commence à lâcher prise ». [00 :12 :43] Les activités humaines dans le parc Armand Honorat détaille les activités dans le Parc : footing, vélo, courses d’orientation, cross. Selon lui, il est important que les activités ne portent pas atteinte aux activités naturelles. Par exemple, avoir un orchestre au milieu des bois serait incongru, dérangerait la faune du parc. [00 :14 :36] La faune et le flore Description de la faune: beaucoup d’oiseaux, renards, castors, lapins, reptiles, insectes. Commentaires sur les abeilles. La flore : une espèce de fougère est protégée ce qui a permis de classer une partie du parc en zone d’intérêt écologique. [00 :18 :37] Son travail Le rôle d’Armand Honorat a été d’accompagner l’évolution du parc et les agents qui y travaillent, avec une certaine philosophie sur le parc. Il dresse un bilan plutôt positif de l’évolution du parc. Commentaires sur l’hygiénisme, les mauvaises herbes, l’agriculture intensive et les engrais chimiques. Il considère qu’installer un lieu tel que le parc de la Feyssine en ville est un acte politique. [00 :21 :53] Méthodes naturelles Il précise son action : il a cherché a trouver des solutions aux intrants chimiques, introduit des prédateurs pour lutter contre parasites [00 :25 :05] Le service du patrimoine arboré Armand Honorat décrit une autre de ses missions à la ville de Villeurbanne : il a créé le service du patrimoine arboré, qui a fait recenser les arbres de Villeurbanne, gère les tailles, les abatages, les plantations. Commentaires sur quelques arbres remarquables de Villeurbanne. [00 :29 :00] 1AV206_2 [00 :00 :00] Les usages du parc Il détaille les usages du parc, pique nique, cross, promeneurs, courses d’orientation... Egalement des étudiants de la Doua qui viennent faire la fête au début de l’été et des visites techniques, d’étudiants en paysage, architecture, urbanisme. Anecdote sur le renommée du Parc, qui a été un moment plus connu hors de l’agglo qu’à Villeurbanne. [00 :05 :09] La conception du parc Armand Honorat décrit la procédure pour concevoir un parc : la mairie décide d’une ligne directrice et ouvre un concours d’architectes paysagistes. Quand il a été recruté, il a été en contact avec le concepteur Guerric Péré. Commentaires sur son travail à Oullins, comme responsable parc et Jardins. [00 :07 :41] Manifestations au parc Il parle des « bons plans » deux jours dédiés à l’éducation à l’environnement. Créée en 2002, la manifestation est très populaire. [00 :09 :21] Travail des équipes. Description du travail des équipes : fauches, taille, entretien, tonte... Armand Honorat a l’habitude de dire à ses équipes : « Votre travail sera beau quand personne ne le verra ». Evocation de son départ à la retraite. Il garde un bon souvenir du parc. [00 :14 :11] La ville de Villeurbanne Analyse de la posture de la Mairie vis à vis du Parc. Il parle le même langage que Jean Paul Bret, maître de conférence en botanique. Rend hommage aux personnes qu’il a rencontré à Villeurbanne : Mireille Maker, William Moore. Commentaires sur le rôle de fonctionnaire, et les relations avec les élus. Conclusion sur sa nouvelle vie : il sera ordonné diacre après sa retraite [00 :20 :47]FIN
Fonds Fonds "Quelle mémoire !"
Corpus La Doua
Nature du document enquête
Département Rhône
Durée 00:49:47
Qualité bon
Documents numériques liés


1AV206_1.mp31AV206_1.mp3

1AV206_2.mp31AV206_2.mp3